Mon vin et les réseaux sociaux Les différentes plateformes Oenostory

02/05/16 Mon vin et les réseaux #2 : les différentes plateformes

Posted on Posted in Communication

Mon vin et les réseaux sociaux #2 : les différentes plateformes

 

Il existe déjà un très grand nombre de plateformes sociales et de nouvelles continuent de percer régulièrement à l’instar de Snapchat par exemple. Si vous êtes vigneron et que vous souhaitez investir les réseaux sociaux ou que vous y êtes déjà présent mais que vous vous interrogez sur votre stratégie en la matière, il y a bien sûr de quoi vous sentir perdu. Dans ce 2ème article de la série Mon vin et les réseaux sociaux, je vous propose un tour d’horizon des différentes plateformes existantes avec un focus sur 8 d’entre elles et les opportunités qu’elles présentent pour votre marque de vin.

De Facebook à Pinterest en passant par Twitter

Pour rappel, en janvier 2016, pour une population mondiale de 7.395 milliards, on dénombre 3.419 milliards d’internautes dont 2.307 milliards de socionautes (utilisateurs actifs de réseaux sociaux). Parmi ces socionautes, 1.968 milliards utilisent leur mobile pour accéder aux réseaux sociaux (voir article Mon vin et les réseaux sociaux #1)

Avec 1.590 milliards d’utilisateurs actifs mensuels dans le monde, Facebook reste le leader incontesté des réseaux sociaux. Vous trouverez ci-dessous un top 10 des réseaux sociaux mondiaux d’après leur nombre d’utilisateurs actifs (qui se sont connectés dans le dernier mois).

classement plateformes réseaux sociaux mondiales 1er trimestre 2016 Oenostory Mon vin et les réseaux sociaux

Les données utilisées pour ce classement sont celles des plateformes elles-mêmes lorsqu’elles le fournissent, et l’étude We Are Social 2016. Des recoupements ont également été effectués avec ce classement du Blog du modérateur.

On note la présence dans ce classement de 2 réseaux sociaux chinois peu implantés en Europe: Baidu Tieba et Sina Weibo.

Les 8 plateformes sociales les plus utilisées en France

Pour la France, Harris Interactive dans son étude Social Life 2016 établit la liste des 8 plateformes les plus utilisées et précise le profil de leurs utilisateurs:

Social Life 2016 Harris interactive 8 principales plateformes pour la France On remarque notamment une tête de classement identique au classement mondial avec Facebook et Youtube, et par contre l’absence de Tumblr dans ce top 8. L’âge moyen des utilisateurs varie énormément d’un réseau à l’autre: c’est bien sûr une opportunité de toucher des cibles différentes, avec un ton et un contenu différent. De même, on constate que les réseaux de partage de photos Instagram et Pinterest sont en majorité utilisés par des femmes.

Opportunités offertes par chacune des plateformes sociales

Mon vin et les réseaux sociaux: quelles sont les opportunités pour chacune des 8 plateformes principalement utilisées en France? Amélioration de votre référencement naturel par les moteurs de recherche, notoriété de votre marque de vin, communication avec vos clients, génération de trafic vers votre site web ou votre e-boutique, social selling (vente B2B sur les réseaux sociaux – voir article Mon vin et les réseaux sociaux #1), ou mise en avant de votre marque employeur sont autant d’opportunités que peuvent offrir les plateformes sociales. Mais pas toutes et en tout cas pas au même niveau.

Facebook, un média à part entière

Il existe plus de 50 millions de fan pages d’entreprise. Le réseau leader sur la conversation en mode convivial attire bien sûr les entreprises, mais environ 70% d’entre elles sont considérées comme inactives (sans actualité depuis 1 mois). Les utilisateurs « aiment » en moyenne 89 pages (Source Bridge Communication 2016). Sur Facebook, vous aller pouvoir cultiver la notoriété de votre marque de vin en poussant votre contenu: photos, vidéos, articles qui vont venir nourrir votre storytelling ou encore partager des liens vers vos pages web ou e-boutique pour générer du trafic sur ces derniers. Mais surtout, vous allez pouvoir interagir avec vos fans: le réseau est en effet un bon outil de social CRM (Customer Relationship Management = gestion de la relation client). Pas impossible d’ailleurs que ces derniers contribuent à générer du contenu pour vous! Photos prises lors de visites sur votre domaine viticole, ou en situation de consommation de vos produits par exemple. Quand ce n’est pas vous-même qui les inciterez à générer ce contenu avec un concours de photos ou de dessins. L’engagement Facebook – les « j’aime », commentaires et partages – contribue très fortement au rang des pages web dans les recherches sur Google:  Facebook est bon pour votre SEO (Search Engine Optimization = optimisation pour les moteurs de recherche).

Deux autres aspects non négligeables:

  • Cavistes, grossistes et CHR étant également présents sur Facebook, vous pouvez donc également y développer du social selling.
  • Cultivez votre marque employeur: faites participer vos équipes à la création du contenu, affirmez vos valeurs, vos futurs collaborateurs sont peut-être parmi vos fans!

Enfin, l’outil de publicité Facebook qui permet de cibler les utilisateurs par données socio-démographiques et géographiques, voire par centres d’intérêt et comportement peut s’avérer intéressant.

A noter: Le « reach » ou portée de vos publications (% de fans qui voient vos publications) pour les pages a subi une forte baisse ces derniers temps. L’algorithme Facebook privilégie en effet le contenu posté par les amis proches et celui des pages avec lesquelles les utilisateurs interagissent le plus. Conclusion, la plateforme est beaucoup moins intéressante qu’elle ne l’a été sur le critère notoriété même si elle reste évidemment incontournable.

Youtube: divertissez…et soyez utiles!

Avec plus d’1 milliards d’utilisateurs actifs, Youtube est LA plateforme de partage de vidéos incontournable. Doté d’un moteur de recherche performant, il faut aussi signaler que Youtube appartient à Google. Du coup, niveau référencement: ça se passe plutôt bien. Les utilisateurs viennent y chercher du divertissement mais aussi du « how to », les fameuses vidéos de tutoriel. Un domaine viticole peut bien sûr fournir les 2 types de contenu pour d’une part développer sa notoriété, dérouler son storytelling, et d’autre part développer du social CRM. Développer du contenu vidéo sur comment utiliser ses produits – pour le vin cela pourrait être des vidéos conseils sur la conservation, la dégustation ou les accords mets-vins – cela permet en effet d’engager la conversation avec les consommateurs grâce aux commentaires sous la vidéo. Enfin, Youtube peut aussi être une bonne source de trafic vers votre site web ou votre e-boutique grâce aux liens que vous pourrez insérer dans les descriptions ou directement en annotation dans la vidéo.

Les internautes consomment de plus en plus de contenu vidéo et ce n’est que le début. Engageante et potentiellement virale, la vidéo devrait connaître encore une belle croissance dans les années à venir.

A noter: Dailymotion (cocorico!) et Vimeo sont deux autres plateformes de partage de vidéos. Si Dailymotion propose à peu près les mêmes fonctionnalités que Youtube et quelques petites originalités près, elle comporte un nombre d’utilisateurs moindre et est moins performante d’un point de vue référencement. Vimeo est une proposition légèrement différente: conçue par des cinéastes, elle est vraiment orientée pro avec des contenus très qualitatifs (et sans pub!). Il vous sera plus difficile de toucher le grand public avec Vimeo mais selon la qualité de vos productions vidéos, il peut être intéressant de vous y trouver.

Google +: pari sur l’avenir?

Avec 359 millions d’utilisateurs actifs dans le monde, Google + reste une plateforme sociale majeure…et en évolution. Google + n’a plus l’ambition d’être le concurrent direct de Facebook comme à ses débuts et axe son offre autour de 3 services: flux d’actualité, partage de photos, et messagerie et appels (Hangouts). La plateforme présente quelques avantages comme la possibilité de pouvoir discuter avec ses amis mais aussi de s’abonner librement au contenu de personnes ou pages qui nous intéressent, tout en maîtrisant notre vie privée grâce aux « cercles » de partage (amis, famille, entreprise, etc.). Ensuite, 100% des publications sont affichées comme sur Twitter. Google + peut être intéressant à plusieurs titres: pour cultiver votre notoriété, pour le référencement des pages (et de leurs auteurs), en tant qu’alternative à Facebook et Twitter (rappel: l’algorithme de Facebook limite maintenant sérieusement la portée des publications des pages et Twitter a un temps envisagé de faire le tri dans les tweets que vous voyez avant de rendre ce service optionnel), et parce que les entreprises qui y auront été présentes en premier y trouveront forcément un avantage à terme (comme ça a été le cas pour Twitter).

A noter: Il semblerait que Google gonfle un peu son nombre d’utilisateurs actifs et il faut bien le dire, il faut du temps pour y construire une communauté. Enfin, la génération de trafic -bien qu’en hausse – reste moyenne.

Twitter: le tout en un

Plateforme de micro-blogging dédiée à l’actualité en 140 signes et en temps réel, Twitter permet aussi de partager des photos et de la vidéo live (avec Periscope). Sur Twitter vous pouvez librement suivre le fil d’actualité de qui vous voulez: ami, famille, personnalité, marque, ou client. La force de Twitter? Sa viralité grâce à la fonction « retweet » qui permet de republier le contenu d’autres fils d’actualité sur sa propre page. En tant que domaine viticole, vous allez pouvoir y cultiver votre notoriété auprès du grand public mais aussi et surtout auprès des influenceurs (blogueurs spécialisés et journalistes y sont très présents),  générer du trafic vers votre site web et e-boutique (Twitter est champion sur la génération de trafic), échanger avec les consommateurs (Twitter est en cela un excellent outil de social CRM) et vos confrères vignerons, faire de la veille, pratiquer le social selling (auprès des cavistes et CHR présents sur la plateforme), voire également développer votre marque employeur. Enfin, cerise sur le gâteau, Twitter est aussi très bon pour le référencement de vos pages web et propose également de bons outils de publicité. Twitter est donc un outil très puissant qui n’a finalement qu’une seule contrainte: la nécessité d’y pousser du contenu quasiment « en permanence ». Bien que vous puissiez pour cela vous aider d’outils de (re-)programmation de publications, il est vrai que si vous n’avez pas une personne dédiée à l’animation de vos réseaux sociaux dans l’entreprise ou que vous ne vous prenez pas au jeu, y développer une présence efficace peut être assez fastidieux.

A noter: Le grand public ne trouve pas toujours ses marques sur Twitter et les usages sont parfois fondamentalement différents d’un utilisateur à l’autre. Le nombre d’utilisateurs actifs tend à stagner et la plateforme peine un peu à se réinventer. Par contre, les utilisateurs actifs sont très dynamiques!

LinkedIn: cultivez votre marque employeur

LinkedIn est le leader mondial des réseaux sociaux professionnels. Vous pourrez y rencontrer collègues, clients, fournisseurs ou anciens camarades. En tant que domaine viticole vous pourrez y cultiver votre marque employeur, mais aussi votre notoriété avec les pages entreprises, prospecter futurs collaborateurs, fournisseurs ou encore pratiquer ici aussi le social selling. Enfin, vous pourrez également y faire votre veille sectorielle grâce aux groupes et au fil d’actualité maintenant proposé où les utilisateurs partagent leur veille ou leurs productions en tant qu’experts.

A noter: Pour ce qui est du référencement et de la génération de trafic, LinkedIn n’est pas le plus performant mais avec la récente possibilité d’y publier des articles, cela tend à s’améliorer. Encore faut-il toutefois avoir un intérêt à mettre en avant une expertise particulière.

Snapchat: expérimentez auprès des plus jeunes!

Lancée en 2011, cette plateforme permet de partager avec ses amis des photos et vidéos éphémères (elles s’autodétruisent au bout de 1 à 10 secondes au choix de l’utilisateur). Selfies et filtres y font fureur, notamment auprès des plus jeunes, principaux utilisateurs de Snapchat. Il y a également possibilité de créer une « Story », sorte de collage de plusieurs photos et vidéos qu’il est possible de diffuser pendant 24h à ses abonnés. La fonctionnalité Discover permet de proposer aux utilisateurs le contenu de chaînes partenaires. Avec l’arrivée de la publicité en 2015, Snapchat a connu une forte progression et les marques commencent seulement à entrevoir le potentiel de cette plateforme sociale. En tant que domaine viticole, vous pouvez utiliser Snapchat pour mettre en scène vos produits, raconter votre histoire, délivrer des messages promotionnels éphémères, faire le teasing d’un événement, en montrer les coulisses. Du recrutement d’étudiants saisonniers à la Story « grosse ambiance dans les rangs de vignes »: testez les vendanges sur Snapchat!

A noter: Snapchat est un outil à découvrir et apprivoiser avec lequel vous pourrez travailler votre notoriété et rajeunir votre image.

Instagram: mettez vos produits en scène

L’application mobile Instagram permet de prendre des photos ou de filmer des vidéos courtes et d’y appliquer ensuite filtres et retouches rendant à peu près tout…canon. Les utilisateurs peuvent y suivre librement qui ils souhaitent comme sur Twitter. Pour un domaine viticole, c’est l’occasion de raconter votre histoire en images, mettre en scène vos produits et d’échanger avec des consommateurs assez jeunes et principalement féminins grâce aux commentaires. Vous conviendrez que le monde du vin se prête plutôt bien à cet exercice visuel axé sur l’émotion.

A noter: Beaucoup de marques sont dorénavant présentes sur Instagram et Facebook ayant fait l’acquisition de la plateforme, un algorithme similaire y est maintenant appliqué pour définir le contenu visible en priorité…ce qui devrait comme pour les pages Facebook impacter la visibilité des marques. Instagram dispose aussi d’un programme publicitaire.

Pinterest: storytelling…et trafic

Sur Pinterest, vous pouvez partager photos et vidéos avec là encore un principe d’abonnement libre comme Twitter. Comme sur Instagram vous allez pouvoir mettre en scène votre histoire de vin et vos produits mais à froid, moins dans l’instantanéité. Donc attention à bien soigner vos visuels qui doivent être forcément qualitatifs pour rendre vos produits désirables. Fonctionnalité intéressante: vous pouvez composer des tableaux thématiques en y accrochant des images (« pins »), ce qui fait également de Pinterest un bon outil de veille. Enfin, grâce aux images sur lesquelles on peut cliquer et qui renvoient vers les sites d’origine, Pinterest est aussi et surtout un gros générateur de trafic vers votre site web…ou votre e-boutique.

A noter: Pinterest est un réseau très majoritairement féminin. Il dispose également d’un programme publicitaire.

Opportunités des plateformes sociales Mon vin et les réseaux sociaux Oenostory

Conclusion: Vous trouverez dans le tableau ci-dessus une synthèse des opportunités offertes pour chacune des plateformes sociales évoquées. Nous aurons l’occasion de revenir sur ces différents réseaux sociaux de manière plus pratique. En attendant, j’espère que ce tour d’horizon vous aura permis d’en savoir plus sur les opportunités offertes par les réseaux sociaux pour votre domaine viticole et de mieux envisager votre stratégie. Dans le prochain épisode de cette série d’article intitulée Mon vin et les réseaux sociaux, nous aborderons plus particulièrement la question du contenu.

N’hésitez pas à lire ou relire le 1er article de cette série Mon vin et les réseaux sociaux #1 : les pratiques des socionautes … et à très bientôt sur Twitter ou Facebook !

3 thoughts on “02/05/16 Mon vin et les réseaux #2 : les différentes plateformes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *