Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

25/04/16 Mon vin et les réseaux sociaux #1: les pratiques des socionautes

Posted on Posted in Communication

Mon vin et les réseaux sociaux #1: les pratiques des socionautes

Vous hésitez à lancer votre domaine viticole sur les réseaux sociaux? Vous êtes débutant? Vous souhaitez faire le point sur votre pratique des réseaux sociaux? Cette série d’articles intitulée Mon vin et les réseaux sociaux est pour vous! Je vous propose aujourd’hui avec ce premier épisode consacré aux usages de dresser un tour d’horizon des pratiques des socionautes en général avant de faire un focus sur les socionautes du vin en particulier.

3.419 milliards d’internautes dont 2.307 milliards sur les réseaux sociaux

L’agence We Are Social publie tous les ans un baromètre sur l’usage des réseaux sociaux: une étude de référence réalisée dans 232 pays avec un focus sur 30 d’entre eux dont la France.

En janvier 2016, pour une population mondiale de 7.395 milliards, on dénombre 3.419 milliards d’internautes dont 2.307 milliards de socionautes (utilisateurs actifs de réseaux sociaux). Parmi ces socionautes, 1.968 milliards utilisent leur mobile pour accéder aux réseaux sociaux.

We are social 2016 Monde Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

Les chiffres pour la France sont les suivants:

Sur 64.53 millions de français, on dénombre 55.43 millions d’internautes dont 32.00 millions de socionautes. Parmi ces socionautes, 25 millions utilisent leur mobile pour accéder aux réseaux sociaux.

Entre janvier 2015 et janvier 2016, le nombre d’utilisateurs actifs des réseaux sociaux a augmenté de 7% (+4% pour l’accès aux réseaux sociaux via mobile).

Les français passent en moyenne 1h16 par jour sur les réseaux sociaux !

We are social 2016 France Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

L’étude We Are Social inclue les enfants. Celle de Harris interactive, Social Life 2016 se base sur les internautes de 15 et plus et annonce 71% de socionautes actifs, ce qui rejoint les 72.6% d’internautes français présents sur les réseaux sociaux de Médiamétrie pour le 2nd trimestre 2015.

La moyenne d’âge des socionautes français tend à augmenter et était pour 2015 de 42 ans.

 

Harris interactive Social Life 2016 Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

Selon l’étude Médiamétrie du 2nd trimestre 2015, l’âge du socionaute est un facteur explication pour 2 points:

  • le type de réseau social utilisé: les plus jeunes utilisent notamment de plus en plus Snapchat, les jeunes actifs sont les plus présents sur les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou utilisent Twitter à des fins professionnelles, et leurs aînés investissent Copains d’avant.
  • le type d’écran utilisé: les plus jeunes (15-34 ans) privilégient la navigation sur mobile quand les plus âgés (50 ans et plus) restent fidèles à l’ordinateur.

Concernant ce dernier point, les internautes sont de plus en plus nombreux à utiliser 3 écrans: 38.7% d’entre eux (4.1 millions de plus entre janvier 2015 et janvier 2016).

Les réseaux sociaux sont les contenus les plus consultés sur les 3 écrans.

Actualité et politique au cœur des conversations en 2015

D’après l’étude Social Life 2016 de Harris interactive, les sujets les évoqués sur les réseaux sociaux en 2015 ont été :

  • l’actualité (57% des socionautes)
  • la politique (36%)
  • la vie perso (43%)
  • le travail (30%)
  • la santé (22%).

L’actualité et la politique ont progressé par rapport à 2014 quand la vie perso, le travail et la santé ont reculé. Les attaques terroristes sur le territoire français ont bien sûr influencé cette évolution. Mais tout récemment, Le Blog du Modérateur faisait aussi le constat que les utilisateurs de Facebook avaient tendance à poster de moins en moins de contenu personnel et de plus en plus de recettes, d’actu, contenu média et contenu de marque.

 

Attentes des socionautes vis-à-vis des marques

Q’attendent justement les internautes des marques sur les réseaux sociaux? Bons plans, actualité de la marque, et jeux concours constituent le trio de tête des attentes des socionautes français vis-à-vis des marques (tous secteurs confondus).

Harris interactive Social Life 2016 attentes contenus Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

On note aussi que les réseaux sociaux sont fortement utilisés à toutes les étapes du parcours d’achat: préparation en amont (recherche d’informations sur les produits, consultation d’avis clients, recherche d’avantages), mais aussi pendant la visite en boutique, et pour le service après-vente.

Plus de 53% des socionautes suivent l’actualité d’au moins une marque sur les réseaux sociaux. Ils sont 35% à en parler, 29% à poster des idées ou recommandations sur les pages des marques, et 33% à en relayer les publications.

 

En conclusion, 3 tendances peuvent se dessiner en matière d’usage des réseaux sociaux actuellement:

  • en terme de contenu: la vidéo et le live sur mobile,
  • le social commerce – c’est-à-dire la vente sur les réseaux sociaux (en priorité sur mobile) – et le social selling,
  • le social CRM* – la gestion de la relation client sur les réseaux sociaux – notamment via Twitter ou messagerie instantanée.

 

Les socionautes du vin

B2C: horizontalité, social commerce et social CRM

Le vin se classe 13ème au palmarès des sujets les plus suivis sur les réseaux sociaux assez loin derrière la musique (n°1) et la gastronomie (n°2). D’après le baromètre SOWINE/SSI 2015, 60% des français se considèrent néophytes en matière de vin. Ils sont ainsi 65% à penser qu’il faut connaître le vin pour mieux l’apprécier et 70% à trouver important de se renseigner avant d’acheter. Une attitude « complexée » plutôt française…

Avant d’acheter du vin, ils vont donc consulter:

  • 1: leur entourage (38%), notamment via les réseaux sociaux
  • 2: les professionnels (23%)
  • 3: internet (8%)
  • 4: les guides spécialisés (8%)
  • 5: les magazines et la presse (4%)
  • 6: les applications spécialisées (2%).

Des réseaux sociaux, les consommateurs vont notamment attendre: des informations complètes sur les produits (82%), des découvertes (26%), le fait de pouvoir partager leur avis sur un vin (14%).

En 2015, 37% des français ont déjà consulté un réseau social consacré au vin et 17% d’entre eux ont déjà acheté un vin qui leur avait été recommandé sur les réseaux sociaux.

Et dans le même temps, on note aussi une tendance à l’horizontalité des échanges. Le refus de la hiérarchie s’impose en effet comme un principe fort de nos sociétés post-modernes. Internet a favorisé un accès facilité et généralisé à la connaissance, à l’information: tous experts, tous journalistes, tous artistes,… tous oenologues ? Si l’on reconnaît encore des experts, des autorités, on ne souffrirait plus qu’ils s’adressent à nous avec distance et condescendance. Les réseaux sociaux contribuent bien évidemment pleinement à cette tendance et permettent finalement de décomplexer l’approche du vin.

La tendance au social commerce a aussi investi le secteur du vin: les internautes ne vont plus seulement sur les réseaux sociaux pour se renseigner, mais aussi pour acheter. On citera en exemple le réseau social Les Grappes « achetez au vigneron, choisissez avec la communauté » ou la plateforme à venir Pinot Bleu « devenez le caviste de vos amis ».

Les grappes communauté Social commerce Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

Les consommateurs utilisent également de plus en plus les réseaux sociaux du vin pour du service après-vente: retour sur les vins achetés (satisfaction, réclamation), mais aussi conseils post-achat. La chaîne de cavistes Nicolas s’est bien positionnée sur cette tendance du social CRM avec notamment @DisMoiNicolas sur Twitter.

Dis moi nicolas twitter social CRM Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

B2B: influence, social selling, partage de connaissances, et marque employeur

Blogueurs et journalistes spécialisés vins et gastronomie sont très présents sur les réseaux sociaux, sur Twitter notamment. C’est pour eux l’occasion de découvrir de nouveaux vignerons, de rester en veille sur l’actualité des producteurs qu’ils apprécient, tout en poussant bien sûr leurs propres contenus et produits. On comprendra alors aisément la pratique de relations publiques en mode « social ». Mais attention à la saturation face à ce marketing d’influence: saturation de la part des « influenceurs » de plus en plus sollicités et saturation de la part des consommateurs qui sont aussi plus prompts à remettre en cause l’indépendance des influenceurs en question. En attendant, d’après le baromètre SOWINE/SSI 2015, 17% des français consultent régulièrement des blogs dédiés au vin – 82% accordant une très grande importance aux conseils qu’ils y trouvent – et 27% achètent des vins recommandés sur les blogs.

Le social selling – la recherche de prospects en B2B sur les réseaux sociaux – s’est également développé au sein de la filière vin. En quoi cela consiste? Identifier, écouter, sélectionner puis entrer en interaction avec les prospects potentiels via les réseaux sociaux pour détecter, accélérer et développer du business. Selon une étude réalisée par le Syndicat des Cavistes Professionnels au printemps 2015, 54.8% des cavistes français sont présents sur les réseaux sociaux (une proportion dépassant les 70% dans certaines zones, en région parisienne notamment).  Si ces derniers gagnent en proximité avec leur clientèle,  cela permet aussi aux vignerons d’identifier ceux qui pourraient être intéressés par leurs produits…l’inverse étant vrai également! Même chose bien sûr avec les grossistes et les CHR.

Bien sûr il y a les forums, bien sûr il y a les blogs spécialisés et les revues techniques qui diffusent leur contenu sur les réseaux sociaux. Mais maintenant il y a aussi Winemak-in, « la communauté d’entraide de vignerons et oenologues ». Sur ce réseau des professionnels de l’oenologie on trouve notamment des groupes de discussion, des dossiers thématiques qui permettent le partage de connaissances entre spécialistes. De manière générale, les réseaux sociaux sont une source de veille très riche aussi bien d’un point de vue technique que commerciale ou marketing.

Winemak-in communauté Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

Enfin, les réseaux sociaux s’imposent également comme un moyen de soigner sa marque employeur, c’est-à-dire rendre désirable son entreprise auprès d’employés potentiels. Quand on sait la pénurie de candidats qui frappe certains métiers, la pratique peut s’avérer non négligeable. Les réseaux sociaux de prédilection pour soigner sa marque employeur: LinkedIn et Viadeo bien sûr, mais aussi Twitter. Initiative intéressante sur ce dernier réseau: le mot-clé #i4emploi. Lancé fin 2015 pour sauver du chômage les employés d’une usine en liquidation, ce hashtag signifie « influenceurs pour l’emploi ». Plus de 1000 influenceurs ayant inséré ce mot-clé dans leur biographie s’engagent à retweeter les recherches d’emploi des personnes de leur secteur d’activité ayant publié leur recherche avec ce hashtag.

Marque employeur Mon vin et les réseaux sociaux Les pratiques des socionautes Oenostory

Ce premier article de la série Mon vin et les réseaux sociaux est terminé. J’espère que ce tour d’horizon des pratiques des socionautes vous a plu et que vous commencez à en distinguer les différentes opportunités. Le prochain article de la série Mon vin et les réseaux sociaux sera consacré aux différentes plateformes. Oenostory peut bien sûr vous accompagner dans la mise en place de votre stratégie réseaux sociaux. En attendant, n’hésitez pas à vous rendre sur ma page Facebook pour consulter mes articles tutoriels!

 

*CRM: Customer Relationship Management

6 thoughts on “25/04/16 Mon vin et les réseaux sociaux #1: les pratiques des socionautes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *